Ses maîtres

Guillonnet portera toute sa vie une très grande estime à ses professeurs de l'Ecole nationale des Beaux-Arts, qu'il nomme ses Maîtres. Ces derniers vont le lui rendre en entretenant des liens très privilégiés qui seront déterminants dans le démarrage de sa carrière.

Cette relation est si forte que Guillonnet choisira comme témoin lors de son mariage en 1899 deux de ses professeurs : Lionel Royer et Jacques Blanc.

La relation qu’il entretient avec Fernand Cormon est toute aussi forte comme en témoignera la violence des propos de Cormon à l’égard de son élève lorsque ceux-ci divergeront de conception artistique à partir de 1916.

 

Lionel Royer(1) :

Lionel Royer

Lionel Royer est un peintre d’histoire (1852-1926). Engagé volontaire à moins de 18 ans lors de la guerre de 1870, le général Athanase de Charette de la Contrie remarque ses dons en dessin et lui fait offrir une bourse d'étude aux Beaux-Arts de Paris. Il y est élève d’Alexandre Cabanel et de Bouguereau.

Il expose au Salon des Artistes français à partir de 1874 ou il obtient une médaille de 3èmeclasse en 1884 et une médaille de 2èmeclasse en 1896. Il obtient le second premier grand prix de Rome en 1882 et une médaille de bronze à l'Exposition Universelle de 1900.

Ses œuvres les plus connues sont Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César (1899) et la décoration de la basilique de Domrémy dédiée à Jeanne d’Arc.

 

  • Lionel Royer - Bataille d'Auvours, le 10 janvier 1871 (1874 - Musée de Tessé au Mans)
  • Lionel Royer - Cupidon et Psyché (1893, présenté à Chicago lors de la World'sColumbian Exhibition de 1893)
  • Lionel Royer - Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César (1899 - Musée Crozatier au Puy-en-Velay)
  • Lionel Royer - La Mort de Sainte Jeanne d’Arc sur le Bûcher ( ? - Basilique de Domremy)
  • Lionel Royer Germanicus ( ? - Palais Grassi à Venise)
HTML Scroller by WOWSlider.com v4.8

 

Joseph Blanc(2) :

Joseph Blanc

Joseph Blanc est un peintre d’histoire et décorateur (1846-1904). A l’Ecole nationale des Beaux–Arts il est l'élève d'Émile Bin et d'Alexandre Cabanel. Il obtint le prix de Rome en peinture de 1867 pour Le meurtre de Laïus par Œdipe. Il accueille des élèves dans son atelier à Montmartre. Il est nommé professeur à l'École des Beaux-Arts de Paris en 1889.

Il peint des sujets religieux, mythologiques, historiques, et réalise des portraits d'hommes politiques tels que Clemenceau, Gambetta ou Paul Bert.

Il participe à la décoration de différents édifices, en particulier du Panthéon de Paris où l'on peut voir Le Vœu de Clovis à la bataille de Tolbiac, Le baptême de Clovis et Le triomphe de Clovis. Il participe aussi à la décoration de l'Opéra-Comique et de l'Hôtel de ville de Paris.

 

  • Joseph Blanc – Meurtre de Laïus par Œdipe (1867 – ENSBA Paris)
  • Joseph Blanc – Persée (1869 – Musée des Beaux-Arts de Nîmes)
  • Joseph Blanc – L’Enlèvement du Palladium (1870 – Musée des Beaux-Arts d’Angers)
  • Joseph Blanc – La Délivrance (1876 – Muée des Beaux-Arts de Lille)
  • Joseph Blanc – Le Baptême de Clovis (1889 – Le Panthéon-Paris)
  • Joseph Blanc – Le Vœu de Clovis à la bataille de Tolbiac (1889 – Le Panthéon-Paris)
HTML Scroller by WOWSlider.com v4.8

 

Fernand Cormon(3) :

Fernand Cormon

Fernand-Anne Piestre dit Fernand Cormon est un peintre académique (1845-1924). Il est l’élève de Portaels à Bruxelles puis de Cabanel et Fromentin à Ecole nationale des Beaux-Arts.

Il obtient une médaille lors de ses expositions au Salon des Artistes Français en 1870 et en 1873. En 1878, il expose à l’Exposition Universelle et reçoit une troisième médaille. Il sera membre de l’Académie des Beaux-Arts à l’Institut de France.

Décorateur, il est présent à la Mairie du 4ème arrondissement de Paris et dans la salle des mariages de la ville de Tours, entre autres.

Après la Grande guerre on disait à Ecole Nationale des Beaux-Arts qu’il fallait être passé par son atelier pour obtenir le grand prix de Rome.


  • Fernand Cormon - La Bataille d'Essling ( ? - Musée des Beaux-Arts de Mulhouse)
  • Fernand Cormon - Le Harem, scène des Mille et une Nuits ( ? - Musée d'art et d'histoire de Narbonne)
  • Fernand Cormon - Meurtre au sérail (1874 - Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon)
  • Fernand Cormon - Mort de Ravana (1875 - Musée des Augustins de Toulouse)
  • Fernand Cormon - Caïn fuyant avec sa famille (1880 - Musée d'Orsay à Paris)
  • Fernand Cormon – Etude d’homme de l’âge de pierre (1897 – Musée des Beaux-Arts de Rennes)
HTML Scroller by WOWSlider.com v4.8

 

Notes :

(1) Peindre l’Histoire - Lionel Royer, in Revue Historique et Archéologique du Maine, Le Mans, 1998

(2) Pierre Sérié - Joseph Blanc (1846-1904) peintre d’histoire et décorateur (mémoire de recherches de l’Ecole du Louvre) – Ed Réunion des musées nationaux Paris 2008

(3) Frédéric Gaël Theuriau - L’Influence romantique dans l’art académique de Fernand Cormon : l’alliance entre littérature et peinture, Paris, Mon Petit Editeur, 2013. Les archives de Fernand Cormon sont détenues par la Fondation Taylor à Paris. Voir aussi ce livre témoignage sur l’atelier Cormon après la Grande guerre : Robert Fernier. 17, quai Malaquais. (Atelier Cormon) - 1934 Paris, Publications, 227, rue Saint-Denis.