Biographie

Octave Denis Victor Guillonnet est né le 22 septembre 1872, au 14 rue des Guillemites, dans le quatrième arrondissement de Paris. Issu d'une famille modeste, la plupart de ses aïeux, tant paternels que maternels, sont des ouvriers du cuir sur plusieurs générations. Son père Victor était tailleur de cuir et sa mère, Marie-Louise née Allègre, était mécanicienne dans l'industrie du cuir. Il sera enfant unique.

Ces dernières années, les quelques biographies sommaires existantes présentaient Guillonnet comme étant issu d’une famille aisée. Il convient de rétablir la vérité.

Son grand-père paternel, Germain Guillonnet (1809-1880) est un enfant trouvé.

L’immeuble, dans lequel nait Guillonnet, a fait place aujourd’hui à un square après sa démolition dans les années 1920. Cet immeuble était avant 1789 une dépendance du couvent des Blancs Manteaux pour y accueillir des familles indigentes de la paroisse. Exproprié lors de la Révolution française, le statut de cet immeuble au jour de la naissance d’Octave Guillonnet n’a pas été déterminé. Il demeure qu’il s’agit d’un immeuble modeste et peu fonctionnel comme en témoigne son plan de masse.

Le 14 rue des Guillemites est l’immeuble de gauche

Plan de coupe au sol de l’immeuble du 14 rue des Guillemites

Toutes les recherches autour de sa naissance conduisent donc à affirmer que Guillonnet est issu d’une famille plus que modeste.

Il fut baptisé le 6 octobre 1872 dansl'église Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux.

 Guillonnet à 14 ans en 1886

De santé fragile, il passe,au cours de son enfance, plusieurs longues convalescences chez ses grands-parents maternels à Jargeau (boulevard Porte Madeleine) dans le département du Loiret. Sa scolarité a été chaotique. Il préfère dessiner qu’étudier(1).

A l’âge de 13 ans, son père le met devant ses responsabilités et lui propose l’apprentissage de son métier. Guillonnet préfère le dessin. Sur les conseils du libraire du quartier le père adresse alors au jury de l’exposition Blanc et Noir(2),  un dessin réalisé par son fils à l'encre de chine : Louis XI en prières. Cette famille modeste ne connait rien aux procédures de sélection. Le courrier que le père reçoit du salon actant l’enregistrement du dessin auprès du comité de sélection vaut pour lui admission. C’est avec fierté qu’il répand cette fausse information dans tout le quartier du Marais. Quel n’est pas sa déception à la réception d’un nouveau courrier, quelques jours plus tard, lui indiquant que le comité de sélection n’a pas retenu le dessin proposé.

Le père veut comprendre. Il tente de se procurer le nom des membres du jury et de les localiser. C’est Lionel Royer, professeur à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts, qui sera approché. Ce dernier est ému devant tant de naïveté mais décèle un talent en gestation. Il s’engage à faire revenir le Comité de sélection sur sa décision de rejet et propose de prendre gracieusement comme élève dans son atelier le jeune Guillonnet.

Dessin exposé au Salon du Blanc et Noir en 1886 à Paris

C’est ainsi que Guillonnet exposera à l’Exposition Blanc et Noir de 1886, au milieu des plus grands illustrateurs de presse de l’époque, alors qu’il n’a pas encore 14 ans. Les années suivantes, c’est sans passe-droit qu’il continuera à y exposer.

 

Notes :

 

(1)  Toutes ces indications sont issues des notes que l’artiste se mit à écrire quelques jours avant sa disparition (une dizaine de feuillets d’un petit carnet écrit en « pattes de mouches », et d’une main tremblante, parfois illisibles). Ces notes ont été corroborées voire complétées par des recherches sur sa généalogie. Ce carnet est toujours détenu par le beau-fils de Guillonnet, Jean Lemasson.

(2)L’Exposition Internationale Blanc et Noir a été créé par l’Industrie de la Presse Illustrée (l’Illustration, la Revue Illustrée, La Vie Parisienne ou Le Monde Illustré, entres autres) pour y présenter ses illustrateurs et accorder des prix aux meilleurs d’entre eux. En 1886, la deuxième édition de ce salon se tient rue des Tuileries à Paris.